Les tendances façonnant le marché des transferts de fonds transfrontaliers

Au cours des deux dernières années difficiles, le secteur des envois de fonds s’est avéré incroyablement résistant et les investissements dans les technologies financières en général ont atteint des niveaux sans précédent. 2022 commence par la promesse d’un nouveau départ en Europe. Alors que les économies se remettent progressivement de la pandémie et que la migration de main-d’œuvre est une priorité, nous espérons voir le nombre de travailleurs migrants et, par conséquent, le volume des envois de fonds augmenter.

Les envois de fonds en 2022 verront l’adoption continue des services numériques tirés par le segment uniquement mobile. Le marché devient plus concurrentiel, ce qui se traduit par une réduction des marges. Pour obtenir plus d’effet de levier, les fournisseurs tirent parti des écosystèmes, élargissant la portée de leurs services pour une expérience utilisateur plus large et transparente.

Passer au numérique

La pandémie a profondément affecté le marché des technologies financières et son segment des transferts de fonds en particulier, propulsant sa croissance et accélérant sa transition vers les canaux numériques. En raison des restrictions, les expéditeurs d’argent, qui sont principalement des travailleurs migrants, ont perdu l’accès aux canaux plus traditionnels en espèces de gré à gré, formels et informels, et beaucoup ont eu recours aux services de transfert de fonds en ligne.

Voici des informations utiles sur la facilité des transferts de fonds :

Sans surprise, cette migration massive, unique en une génération, du hors ligne vers le monde en ligne s’est traduite par un afflux de nouveaux acteurs sur le marché, des startups dédiées au numérique uniquement aux leaders traditionnels et aux Big Tech explorant de nouvelles opportunités de croissance.

Dans le même temps, les prestataires ont intensifié les campagnes promotionnelles expliquant les opportunités d’envoyer de l’argent numériquement, et de nombreux gouvernements (comme l’Italie, l’Espagne, la Turquie, le Royaume-Uni…) ont reconnu les envois de fonds internationaux comme un service essentiel. Ces efforts combinés ont entraîné une sensibilisation accrue des populations aux nouveaux moyens numériques d’envoyer et de recevoir de l’argent.

Des envois de fonds moins chers

D’ici 2030, l’ONU vise à réduire les coûts des envois de fonds à 3 % conformément à son objectif 10.c des ODD, et la proportion de corridors dont les coûts moyens sont inférieurs à 5 % est passée de 17 % au premier trimestre 2009 à 41 % au deuxième trimestre 2021, les données de la Banque mondiale le montrent. En 2022, envoyer de l’argent à l’international continuera de baisser. Plusieurs pilotes sont derrière cela.

Premièrement, la migration vers le numérique causée par la pandémie signifie une réduction des coûts pour les fournisseurs qui n’ont pas besoin de maintenir une infrastructure hors ligne, mais peuvent à la place faire évoluer leurs solutions numériques. Selon les données de la Banque mondiale sur l’Europe et l’Asie centrale (hors Russie), au deuxième trimestre 2021, l’envoi de 200 dollars via des fournisseurs de services de transfert de fonds uniquement numériques coûtait 4,19 % contre 7,16 % pour les services en espèces.

Laura M.

Diplôme de comptable en poche, je vivote entre mission d'audit / contrôle financier et ma vie digitale. Mes billets sont avant tout là pour donner mon point de vue, mes éclairages et de vulgariser au maximum un secteur qui joue de son opacité selon moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.