Bitcoin peut-il résoudre son problème d’écologie ?

Islande, connue pour son paysage époustouflant, ses piscines chaudes Instagramables et sa surreprésentation dans les compétitions mondiales d’hommes forts.

C’est aussi un bon endroit pour lancer votre nouvelle opération d’extraction de bitcoins. Pour les mineurs de bitcoins, le coût par rapport à la récompense est primordial. Si vous avez la chance de mettre la main sur du matériel de mineur très demandé, il y a de fortes chances que vous ne récupériez même pas votre investissement.

L’emplacement entre ensuite en jeu. Trouver une zone qui vous permettra d’exploiter l’exploitation minière à partir de son réseau électrique est un bon début. Et pour faire du profit, il vaut mieux trouver un endroit pas cher, comme l’Islande. Non seulement vous paierez pour une énergie moins chère près de l’Arctique grâce aux ressources géothermiques locales, mais vous pourrez également économiser sur l’utilisation de systèmes de refroidissement coûteux pour votre matériel.

Bitcoin a un problème d’énergie

À l’heure actuelle, la plupart d’entre nous ont entendu dire que la consommation d’énergie pour l’extraction de bitcoins est égale à celle de petits pays comme les Pays-Bas. C’était suffisant pour que Tesla ait récemment utilisé le bitcoin comme moyen d’achat en citant  des problèmes d’énergie.

Voici une vidéo parlant de la consommation énergétique du Bitcoin :

Le problème vert de Bitcoin ne montre aucun signe de ralentissement. La crypto-monnaie devrait dépasser les économies plus importantes en termes de consommation d’énergie et d’émissions de Co2 ultérieures.

L’évolution du PoW

En 2009, M. Nakamoto, le fondateur du bitcoin, a souri en allumant son ordinateur portable de dernière génération.

Jusqu’à présent, son processeur avait réussi à bien fonctionner sous la pression de Microsoft Word tout en gardant plusieurs jeux de solitaire ouverts. Son processeur aurait cependant une tâche très nouvelle et spéciale aujourd’hui. Miner des bitcoins.

Proof-of-Work  (PoW), l’ingénieux concept de minage intégré à la blockchain de Bitcoin par  Satoshi Nakamoto, est un travail pour un modèle de type récompense. Les ordinateurs de minage (nœuds) doivent effectuer des calculs complexes appelés hachage pour jouer le jeu.

En termes simplistes, chaque nœud rassemblera les dernières transactions bitcoin des 10 dernières minutes en un bloc. Ensuite, c’est une course. Le premier nœud à trouver le numéro de hachage spécial dédié au prochain bloc de la chaîne gagne.

Régulation

Malgré la récente répression par la Chine de l’échange de bitcoins et de l’activité minière associée, comme le révèle le graphique ci-dessus des ASIC mondiaux, la Chine domine le paysage minier du bitcoin.

D’ici 2024, l’extraction de bitcoins en Chine à elle seule devrait consommer 296,59 Twh et générer  130,50 millions de tonnes d’émissions de carbone. Pour la perspective, c’est presque autant que le Royaume-Uni, un pays du G7.

Ce qui n’aide pas, c’est la dépendance de la Chine vis-à-vis de l’énergie au charbon. Selon un  rapport de nature.com  publié en juin 2021, on estime que 40 % des opérations minières en Chine sont situées dans des zones entièrement dépendantes de l’énergie du charbon. Bien que cela reste une sombre réalité, il reste un certain optimisme pour les partisans du vert après que le Parti communiste chinois a effectivement  déclaré la guerre au bitcoin.

Laura M.

Diplôme de comptable en poche, je vivote entre mission d'audit / contrôle financier et ma vie digitale. Mes billets sont avant tout là pour donner mon point de vue, mes éclairages et de vulgariser au maximum un secteur qui joue de son opacité selon moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.