Les banques risquent-elles de perdre des clients de la génération Z ?

Les bruits positifs provenant des cercles financiers traditionnels deviennent de moins en moins convaincants chaque semaine qui passe à mesure que leur emprise sur le monde de la finance se relâche. Sans compter que 1 personne sur 10 pense qu’offrir des relevés en ligne signifie qu’une banque est vraiment numérique.

Alors que ces statistiques devraient être troublantes pour quiconque se bat contre le coin de la finance traditionnelle, ce qui est encore plus inquiétant, c’est que 42 % des personnes interrogées ne considèrent pas la coopération avec les fintechs comme une exigence pour que les banques traditionnelles restent pertinentes.

Une vraie déconnexion

Ces chiffres datent peut-être d’il y a quelques années, mais rien ne permet de penser que les points de vue ont changé dans la sphère financière traditionnelle.

En fait, la seule chose qui a changé est la vitesse vertigineuse à laquelle les solutions fintech apparaissent, s’attaquant aux points faibles ressentis par les consommateurs et apportant de vraies réponses aux questions posées.

Voici les changements essentiels :

Les acteurs traditionnels ? Eh bien, ils ont certainement passé beaucoup de temps à installer des cafés à la mode dans leurs succursales, et il y a tout un tas d’iPad brillants parsemés pour les clients perplexes à éviter.

Les banques ont-elles la confiance de leurs clients ?

Nous avons constamment entendu les défenseurs de la finance traditionnelle affirmer que malgré toutes les avancées observées par les entreprises de technologie financière, la confiance est toujours du côté des acteurs hérités.

Alors que les deux côtés de la fracture se disputent pour savoir qui a le dessus sur la confiance des consommateurs, la vraie question à se poser est de savoir pourquoi quelqu’un devrait confier son avenir financier à une banque traditionnelle en 2021 ?

82 % des personnes interrogées estiment que les banques n’innovent pas assez rapidement pour répondre à l’évolution de la demande des consommateurs en matière de services numériques, tandis que 48 % pensent que les banques traditionnelles ont au moins trois ans de retard sur leurs rivales de la fintech.

Ce ne sont pas toutes de mauvaises nouvelles

Alors que de nombreuses banques agréées rappellent un vieux pétrolier essayant de naviguer sur une voie navigable étroite, toutes ne sont pas dans cette position. La vérité est que, dans la finance traditionnelle, des silos fonctionnels distincts ont été renforcés par des systèmes hérités développés pour répondre aux besoins des institutions centralisées. Cette idée d’attribuer des silos séparés à chaque produit bancaire, par exemple un pour un Le compte courant, un autre pour une carte de crédit et un autre pour un prêt hypothécaire ont été au cœur de chaque crise financière, ce qui a accru la méfiance à l’égard des banques parmi le public. De nombreux clients estiment que les banques traditionnelles n’ont pas réussi à offrir un modèle commercial équitable et durable pour maintenir des stratégies de prêt sûres et sûres.

Comme c’est presque toujours le cas, les consommateurs détermineront les gagnants et les perdants de ce débat particulier. Les personnes qui utilisent les services décideront en fin de compte du résultat, et bien que l’on puisse affirmer que les acteurs traditionnels sont sur le point de s’accrocher pour le moment, le vent est sans aucun doute en train de changer.

Laura M.

Diplôme de comptable en poche, je vivote entre mission d'audit / contrôle financier et ma vie digitale. Mes billets sont avant tout là pour donner mon point de vue, mes éclairages et de vulgariser au maximum un secteur qui joue de son opacité selon moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *