La digitalisation des paiements internationaux

Il y a une très bonne expression : « L’argent ne dort jamais ». Décidément, l’argent est en mouvement constant, nos vies aussi. De plus, la pandémie de Covid-19 a fait de nous des êtres numériques avec un besoin intense de commodité et de rapidité. Alors que les particuliers peuvent profiter de technologies de paiement transparentes adaptées à cette époque, les entreprises ont encore du mal à rattraper leur retard, en particulier dans les paiements internationaux. Le volume des paiements B2B internationaux est colossal, mais le service manque souvent de rapidité et de commodité.

Ce n’est qu’une vieille histoire récurrente. Les paiements internationaux ont toujours été une question essentielle qui nécessite des solutions contemporaines à travers l’histoire.

Évolution des paiements internationaux

Le système de troc a été la première méthode d’échange transfrontalier. Une opération de troc à l’échelle internationale dépendait d’un transport de marchandises extrêmement lent. Viennent ensuite les pièces de monnaie et les monnaies, mais encore faut-il les échanger et les transporter physiquement. « Effacer un paiement » à distance était inaccessible.

Voici les différents moyens de paiement utilisés :

À la fin du XIXe siècle, la télégraphie a été inventée en tant que réseau de communication s’étendant sur le globe. À l’origine une société de télégraphe, Western Union a proposé une solution pour supprimer la dépendance physique du transfert d’argent en introduisant une méthode familière ; virement bancaire. Des télégraphes remplis de détails de transfert ont été envoyés vers et depuis les bureaux et les paiements ont été effectués sans aucun échange physique.

Parallèlement à l’avancement de la technologie, la méthode de câblage a été mise à niveau par les banques vers le transfert électronique de fonds (EFT) et de nombreux autres réseaux ont été établis tels que SWIFT, SEPA et Target2. Les systèmes de paiement internationaux actuels sont plus avancés que jamais mais manquent encore d’efficacité en termes de temps et de coûts opérationnels.

Le besoin en temps réel de paiements transfrontaliers

Au niveau du consommateur, supposons une famille en Inde qui envoie de l’argent à son enfant étudiant au Canada. Cela peut sembler être une opération transactionnelle très simple, mais c’est beaucoup plus compliqué. La famille doit ordonner à sa banque d’envoyer des roupies indiennes sur le compte bancaire de leur enfant au Canada en dollars canadiens. Un réseau de correspondants bancaires impliquant au moins 2 à 3 banques est nécessaire pour mener à bien cette transaction. Cela prend non seulement du temps, mais un coût ou une déduction considérable sur le montant initial en raison des frais demandés par chaque banque.

Bien que cette histoire soit centrée sur le consommateur, les schémas de paiement B2B ne sont pas très différents mais peuvent être complexes. De plus, les entreprises ont beaucoup moins de tolérance pour lutter avec leurs paiements internationaux effectués selon des méthodes traditionnelles, ce qui entraîne un règlement lent et des frais et commissions élevés.

En élargissant le scénario à un paiement B2B international avec des montants énormes et des devises différentes, l’opération ne sera pas du tout efficace. Outre le temps et les coûts opérationnels, le paiement ponctuel est très prestigieux pour une entreprise et a un effet remarquable sur le fonds de roulement, ce qui peut nécessiter des options de prêt en période de pénurie.

Laura M.

Diplôme de comptable en poche, je vivote entre mission d'audit / contrôle financier et ma vie digitale. Mes billets sont avant tout là pour donner mon point de vue, mes éclairages et de vulgariser au maximum un secteur qui joue de son opacité selon moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.