Économie verte et changement climatique : c’est là que l’argent dirige

Nous sommes maintenant bien entrés dans le premier trimestre de 2023 et il est difficile de ne pas être englouti par un profond sentiment de morosité. Les premières pages des journaux européens sont remplies quotidiennement de détails sur les dernières atrocités de guerre, les travailleurs en grève, l’effondrement des systèmes de santé, les effets de l’inflation et de la crise du coût de la vie et la catastrophe climatique imminente. Certains jours, il est difficile de faire preuve de positivité quant à notre avenir collectif

Malgré tout cela, je ne peux m’empêcher de ressentir un sentiment d’espoir cette année. Un sentiment d’espoir car on a l’impression d’avoir enfin atteint un point de basculement où les pouvoirs en place et la société dans son ensemble ont compris l’importance de faire face à l’urgence climatique. Il semble y avoir eu un net changement au sein des médias et des commentateurs, passant du « si » le changement climatique est réel au « quand » la vie telle que nous la connaissons changera de manière irréversible.  

L’industrie du climat comme moteur de création de richesse

Politiquement et économiquement, il y a aussi des signes que le sou a baissé. Alors qu’il y avait jusqu’à très récemment une perception que le passage à NetZero serait inabordable, lentement, mais sûrement, on se rend compte que l’économie verte présente une vaste opportunité de création de richesse. Un rapport récent a révélé qu’un environnement à zéro émission nette d’ici 2050 créera de nouvelles industries d’une valeur de 10,3 milliards de dollars pour l’économie mondiale d’ici la même année. 

Tout sur l’économie verte :

L’innovation technologique est largement considérée comme un élément clé dans la lutte contre le changement climatique. Selon le fondateur de Techonomy, David Kirkpatrick, alors que l’industrie Internet implose, une nouvelle industrie climatique est sur le point de la remplacer et que la climatetech sera la prochaine opportunité de création de valeur pour la finance et les entreprises. C’est là le nœud du problème : pouvoir lier profits et création de richesses au climat et ainsi entrer dans une nouvelle ère économique.

Changement structurel et évolution des mentalités

Cependant, les interventions politiques ne sont qu’en partie une réponse. Les vrais moteurs doivent venir, et viendront, du secteur privé, avec sa capacité à orienter les investissements vers les domaines les plus nécessaires rapidement, de manière décisive et en volume. S’il y a un réel espoir que le climatech continuera à exciter les investisseurs et à stimuler l’innovation technologique, mettre en place les bons mécanismes permettant le déploiement et l’adoption de ces innovations est un défi de taille. 

Dans le secteur financier, les problèmes structurels profonds qui continuent de promouvoir et de récompenser le court-termisme plutôt que la réflexion à long terme doivent être résolus de toute urgence. Pourtant, les réglementations imminentes concernant les investissements durables, y compris la prochaine taxonomie de l’UE, font déjà pression sur les institutions financières pour qu’elles investissent selon des principes ESG plus stricts. Cela a conduit certaines organisations bancaires à proposer des prêts liés à la durabilité à leurs clients. L’agriculture en est un exemple.

Laura M.

Diplôme de comptable en poche, je vivote entre mission d'audit / contrôle financier et ma vie digitale. Mes billets sont avant tout là pour donner mon point de vue, mes éclairages et de vulgariser au maximum un secteur qui joue de son opacité selon moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *