Les dernières mises à jour en matière de fiscalité

Si vous envisagez d’acheter un bien immobilier, il existe diverses règles avec lesquelles vous devez vous familiariser et cela inclut la fiscalité. Il est vrai que la recherche d’impôts n’est jamais amusante, mais cela en vaut la peine pour vous éviter des maux de tête sur toute la ligne et surtout lorsque vous planifiez à l’avance, vous évitez de payer plus d’impôts que nécessaire.

Les règles fiscales françaises sont assez différentes de celles d’autres pays européens, avec quelques taxes supplémentaires comme les charges sociales et un impôt sur la fortune sur la propriété, vous devez donc vous assurer que vous avez bien tout compris. Ils changent aussi régulièrement, notamment suite à un changement de gouvernement, il est donc important de se tenir au courant.

Impôt sur le revenu

Les barèmes d’imposition s’appliquent aux revenus, tels que les revenus d’emploi, de retraite et de location. Les hauts revenus paient actuellement un impôt supplémentaire de 3 % ou 4 % pour les revenus supérieurs à 250 000 euros et 500 000 euros respectivement, avec des seuils plus élevés pour les familles. 

Voici comment calculer l’impôt sur le revenu :

Le revenu imposable à évaluer est le revenu total de votre foyer, il n’est pas calculé par individu. Pour éviter les taux d’imposition plus élevés lorsqu’il y a un revenu élevé mais plus d’un membre du ménage, la famille est divisée en un certain nombre de « parties familiales ». 

Impôts sur les revenus de placement

Depuis janvier 2018, les revenus d’investissement (intérêts bancaires, dividendes, plus-values ​​de cession de titres) sont imposés au taux fixe spécial de 30 % (le Prélèvement Forfaitaire Unique ou PFU), en lieu et place de divers taux. Cela inclut à la fois l’impôt sur le revenu et les charges sociales, ce qui réduit la facture fiscale pour les investisseurs disposant de portefeuilles plus importants.  

Les plus modestes peuvent choisir d’appliquer à la place les taux progressifs d’impôt sur le revenu pour leurs revenus de placement, majorés des charges sociales. 

Impôts sur la fortune

La France impose un « impôt sur la fortune » annuel en plus de l’impôt sur le revenu. Jusqu’en 2018, cela était facturé sur la richesse totale d’un ménage, mais aujourd’hui, il ne s’applique qu’aux actifs immobiliers (qu’ils soient détenus directement ou indirectement). 

Cet Impôt sur la fortune immobilière (IFI) s’applique à votre propriété dans le monde entier si vous êtes résident. Mais la bonne nouvelle est que vous n’êtes responsable que si le total de vos actifs immobiliers est évalué à plus de 1,3 million d’euros et, dans tous les cas, les ressortissants britanniques échappent à cet impôt pendant leurs cinq premières années de résidence.

Lorsque vous devez le payer, les premiers 800 000 euros sont exonérés d’impôt. Le taux de l’ISF démarre alors à 0,5 % pour les biens entre 800 000 euros et 1 300 000 euros et augmente progressivement jusqu’à 1,5 % pour les biens supérieurs à 10 000 000 euros.

Laura M.

Diplôme de comptable en poche, je vivote entre mission d'audit / contrôle financier et ma vie digitale. Mes billets sont avant tout là pour donner mon point de vue, mes éclairages et de vulgariser au maximum un secteur qui joue de son opacité selon moi.

Une réflexion sur “Les dernières mises à jour en matière de fiscalité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.